Portrait de Caroline Lavaret, experte de l’employee advocacy depuis 2013 et fondatrice du cabinet SELENE dédié à l’accompagnement des stratégies de collaborateurs ambassadeurs.

Caroline a fait sa première contribution sur notre blog en avril 2019 avec son mémoire de MBA : “Employee Advocacy : Mode managériale ou véritable stratégie digitale d’entreprise ?

Retrouvez tous les articles de Caroline ici.

Vous retrouvez Caroline régulièrement sur nos ateliers Sharee ainsi que sur les #SocialSellingForum.

Quelle est votre phrase fétiche ? 

“Le mieux est l’ennemi du bien.”

Mais je me sens aussi très proche de cette maxime

“Les cimetières sont remplis de gens irremplaçables”.dixit A. Allais. Que Clémenceau a complété par  “et qui ont tous été remplacés”

Nous cherchons toutes et tous à devenir des sortes d’hyper experts hyper actifs, toujours plus rapides à prendre la parole et plus présents. Alors que nous pouvons partager avec les autres, il y a suffisamment d’espace.

Profil professionnel

Caroline LavaretAvec une double expérience en agence et chez l’annonceur, j’ai dirigé la communication globale de sociétés telles que EMC, Symantec, Sage, Groupe VAG, HP santé en France et à l’international. 

La communication d’entreprise, et le BtB en particulier, ont toujours été mes sujets de prédilections professionnels.

Aujourd’hui je suis convaincue que  l’influence digitale, les réseaux sociaux, la marque employeur ou l’expérience collaborateur sont des axes de développement essentiels pour 

•        Développer la notoriété, la visibilité et l’influence de l’entreprise

•        L’accompagner dans sa transformation digitale.

•        Renforcer la cohésion et l’engagement interne et externe

C’est dans ce but que j’ai aussi créé le cabinet conseil SELENE.

Votre définition de l’employee advocacy

L’Employee Advocacy  consiste à encourager et soutenir les collaborateurs à devenir des porte-paroles, des influenceurs indépendants et volontaires de leur entreprise sur les réseaux sociaux en partageant des contenus pertinents, relatifs à l’entreprise et à l’industrie, etc. Dans une démarche gagnant-gagnant. Aujourd’hui je préfère parler de collaborateurs-Influenceurs.

Ce type de stratégie à la managériale et collaborative développe la notoriété, l’identité, la marque employeur et de l’e-réputation de l’entreprise tout en construisant le « personal branding » (marque personnelle) des collaborateurs sur les réseaux sociaux. Ainsi, on peut commencer à parler d’engagement des collaborateurs dans l’entreprise.

L’importance des réseaux sociaux dans le business model de l’entreprise prime. L’objectif final d’une entreprise étant de vendre et de faire progresser son CA, ses parts de marché, l’EA a pour vocation de soutenir les fonctions commerciales, générer des leads et satisfaire le client final.

Cela nécessite toutefois de prendre en compte quelques fondamentaux. Tels que l’Implication et le soutien en amont du top management ; Une stratégie de contenu riche et variée produit par l’entreprise et les collaborateurs ; La matérialisation du processus via des outils simples et externes ; La formation et l’accompagnement des colloborateurs sur le long terme.

Et ce, en définissant des intentions, EN fixant des objectifs et des KPIs. Sans quoi, cela revient à vouloir traverser l’océan avec une seule rame et sans boussole.

Toujours Faire confiance aux collaborateurs. Accepter les aléas de leur communication Ne pas chercher la perfection. Être agile. Voilà pour moi 4 points essentiels à garder en tête lorqu’on déploie un programme.

Vos points forts pour un programme d’employee advocacy ? 

– Expertise pratique, j’ai déployé le programme d’EA chez EMC en 2013.

– Connaissances globales grâce au travail universitaire que j’ai mené et publié en 2019 durant mon MBA. 

– Réflexion stratégique pour bâtir un programme, et accompagner les entreprises avant pendant et après?

– Former et accompagner le top management et les collaborateurs à l’usage des Réseaux sociaux et la construction de leur personal branding. 

– Animer des ateliers d’Intelligence Collective sur le sujet.

Êtes-vous experte ou praticienne ?

Expert(e) de l’employee advocacy (Celles et ceux qui accompagnent des programmes d’employee advocacy). Mais mon expérience acquise de 2013 à 2017 me permet justement d’avoir une vision à 360 pour  « penser » un programme.

Votre vision de l’employee advocacy à 5 ou 10 ans.

L’employee advocacy devra saisir de plus en  les enjeux de l’entreprise de demain, avec une économie différente, des collaborateurs qui rechercheront toujours plus des conditions de travail humaines, valorisantes, basée sur plus de confiance… Et plus son « expérience collaborateur » sera positive, satisfaisante, plus son engagement sera fort et profitable pour son e-réputation et celle de sa boite. 

Pas d’angélisme toutefois. Ces programmes doivent totalement intégrés à la stratégie globale de l’entreprise (commerciale, digitale interne, externe et RH). Et ce, afin de réellement contribuer à la transformation de l’entreprise en misant sur la puissance de feu des réseaux sociaux, et des humains qui sont derrière.

Mais on peut imaginer définir une démarche qui mette aussi les clients et les partenaires au cœur d’un programme construit sur les mêmes préceptes à condition d’avoir une ligne stratégique très claire. 

L’employee advocacy tendrait ainsi à devenir une véritable valeur dans la culture d’entreprise pour penser différemment les relations collaborateurs-entreprises-réseaux sociaux et  sortir de notre zone de confort.