Portrait de Alain Muleris que j’ai rencontré sur le #SocialSellingForum de Paris alors que nous aurions pu faire connaissance au CJD.

Auteur du livre « Trouvez vos futurs clients« , Alain partage de temps en temps sa vision et ses conseils sur notre Blog .

Voir l’article : « Le commercial 2.0 a-t-il besoin du marketing ? » 🌱

Quelle est votre phrase fétiche ? 

Alain Muleris - Coach commercial vitaminé« La vente, ça s’apprend »

 Je rencontre chaque semaine dans mes conférences et mes formations des professionnels qui me pose la question « alors la vente c’est inné hein ? ». Connaissez-vous un seul métier où la compétence est innée ? Avocat, médecin, entrepreneur, boulanger, formateur, développeur, etc. Cela repose sur la passion, sur le travail ET sur l’expérimentation.

Profil professionnel

Au sein de Vitamine V, je travaille la performance commerciale sous diverses formes. 

1) J’effectue des coachings commerciaux (accompagnement individuel) auprès de managers ou de dirigeants pour les aider à développer leur activité. 

2) Je forme des équipes commerciales (travail collectif) à augmenter leur efficience en travaillant la démarche commerciale dans son ensemble, ou étape par étape. 

3) J’ai écrit un livre « Trouvez vos futurs clients » aux éditions Eyrolles pour inciter des professionnels (maitrisant leur domaine d’activité) à découvrir les principes d’une vente réussie.

J’en ai assez d’entendre des personnes me dire qu’elles subissent la vente. 

J’aime que mes clients prennent du plaisir dans la vente !

Votre définition de l’employee advocacy

Je ne suis pas très à l’aise avec les anglicismes, mais voici ma définition.

Être ambassadeur de son entreprise, c’est accepter de représenter son entreprise, d’être son porte parole commercial. 

Devenir acteur de l’entreprise n’est pas une mince affaire. Cela fait appel au management, à la stratégie, à la vision. Bref cela ne s’improvise pas. 

Je pense que les entreprise orientées « vente » qui font confiance à leurs collaborateurs pour les représenter gagnent en efficience commerciale.

Vos points forts pour un programme d’employee advocacy ?

Mon point fort est d’expérimenter chaque jour cette pratique, avec plus ou moins de succès.

Je représente Vitamine V et mes posts ont des portées très différentes. 

Je constate qu’à chaque fois que mes écrits sont sincères et humains, ils touchent les lecteurs et cela les intéressent. 

Je suis « persévérant » au sens Process Communication. 

Donc quand je prends la plume (le clavier), c’est pour exposer et défendre mon point de vue.

Êtes-vous expert ou praticien ?

Je me considère avant tout comme un accompagnateur ou un facilitateur dont l’objectif est de vendre plus et mieux en tenant compte des nouvelles pratiques. 

Ces pratiques évoluent sans cesse ; il est donc important de pratiquer, de tester, d’analyser, de modifier, de tester de nouveau. 

Il n’y a aucune recette magique, c’est du sur-mesure.

Votre vision de l’employee advocacy à 5 ou 10 ans.

Le commercial doit s’adapter à cette pratique sous peine de disparaître. 

Les commerciaux intelligents (je ne crois pas que cela soit une question d’âge) ont compris que pour performer, ils doivent devenir des ambassadeurs et être actifs. 

L’avantage pour les entreprises : obliger le marketing et la vente à s’aligner et à travailler ensemble.