2018 nous a montré que le plaisir de se lancer dans un projet de transformation numérique impacte aussi celles et ceux qui le portent.

[Contexte] Le monde est horizontal

Comme le démontre très bien Frédéric Laloux dans son livre (en français) Reinventing Organizations, l’histoire de l’humanité c’est aussi l’histoire des organisations et de leur management qu’il a étudié et expliqué de la préhistoire à nos jours. Chacun des grands changements de notre histoire s’est fait suite à l’apparition de nouvelles technologies qui ont engendré de nouvelles façons de vivre, de penser donc de piloter les organisations.

Le modèle organisationnel dominant est actuellement l’organisation « Orange » tel que le décrit Frédéric Laloux. Ce modèle est basé sur la hiérarchie incarné par le COMEX qui prend les décisions à la tête et les propage ensuite vers sa base. Modèle qui peut comporter des raffinements de toutes sortes pour impliquer les collaborateurs à différents niveaux. Néanmoins le cadre juridique, financier, social de notre société est basé sur cette organisation hiérarchique des responsabilités… et des richesses.

Pourtant, nous avons tous conscience que la révolution de l’information portée par le développement numérique de notre monde a déjà largement sonné l’heure de « Réinventer nos organisations ». Il y a 10 ans je pilotais avec le CJD (Centre des Jeunes Dirigeants) un groupe de réflexion sur l’intégration de la génération Y dans les entreprises. Aujourd’hui, cette génération Y est clairement présente à plus de 50% dans toutes les entreprises.

Aujourd’hui, tout collaborateur qui vient d’entrer dans l’entreprise peut techniquement et légalement prendre la parole sur les réseaux sociaux pour donner son avis sur son entreprise au même titre que les dirigeants qui viennent de le recruter. Il dispose même de sites dédiés comme Glassdoor pour donner son avis dans le domaine des RH.

Aujourd’hui on sait que 55% des acheteurs cherchent des solutions sur les réseaux sociaux et que 82% ont confiance dans la publication de quelqu’un qu’ils connaissent contre 15% quand c’est une marque qui prend la parole pour dire la même chose. (Étude Edelman – Trust Barometer 2016)

Nos organisations « Oranges » actuellement fondées sur des modèles verticaux et hiérarchiques reposant sur le COMEX sont donc face à un nouveau monde qui devient horizontal et égalitaire dans lequel le COMEX porte la responsabilité de sa transformation et de la remise en cause des modèles. La révolution Tunisienne l’a fait en force, les Gilets Jaunes le hurlent en ce moment mais toute la société est portée par cette transformation silencieuse qui est probablement le déclencheur du #PIEGEACOMEX.

[Action] Accompagner la force

Les arts martiaux millénaires ont déjà démontré qu’il était plus avantageux de s’aligner et d’accompagner une force qui nous dépasse plutôt que de s’y opposer et de risquer d’être détruit par celle-ci. C’est le cas actuellement des réseaux sociaux dont l’impact humain et commercial a largement dépassé ce que les organisations « oranges » tentent de maîtriser avec les directions RH, Communication, Marketing…

C’est là que commence le #PIEGEACOMEX qui va déclencher une série de transformations positives qui réinventent les règles actuelles de nos organisations « oranges » et implique des transformations au sein même du COMEX.

L’intégration des réseaux sociaux dans le pilotage de l’entreprise repose uniquement sur 2 dimensions à bien comprendre :

  • Les collaborateurs qui prennent la parole sur leurs réseaux sociaux personnels.
  • Les contenus qu’ils vont partager pour parler de leurs passions, de leur métier, de leur entreprise et parfois de ses offres.

C’est pour cela que se développe en ce moment les démarches d’Employee Advocacyvisant à former les collaborateurs dans leurs prises de paroles professionnelles puis de les accompagner dans cette démarche avec des plateformes comme Sharee.

La plateforme d’employee advocacy n’est rien sans l’accompagnement et réciproquement. Former les collaborateurs sans leur apporter un outil qui leur permette de gagner du temps peut faire perdre beaucoup d’énergie à l’entreprise comme à ses collaborateurs. Lancer une démarche d’employee advocacy sans pouvoir mesurer les résultats afin d’améliorer le processus en continu, finirait par devenir contre-productif.

L’employee advocacy consiste justement à créer une synergie gagnant-gagnant entre l’entreprise et ses collaborateurs en les accompagnant à travers les réseaux sociaux dans l’objectif de :

Et c’est ainsi que l’organisation hiérarchique « Orange » habituée à s’aligner derrière les prises de parole de la direction déclenche une forme de #PIEGEACOMEX qui demande aux membres du COMEX de prendre la parole sur les réseaux sociaux pour donner l’exemple à ses collaborateurs.

[Bienfait] Tout le monde en tire bénéfice

Pour ceux qui sont déjà actifs sur les réseaux sociaux à titre professionnel c’est l’occasion de devenir moteur dans la démarche d’employee advocacy.

Pour ceux qui ont envie d’y aller c’est le moment de se lancer. Pour les dirigeants c’est l’occasion de monter qu’on peut se faire accompagner pour y arriver vite et bien.

Pour ceux qui ne veulent pas y aller, surtout pour les dirigeants, c’est l’occasion de l’annoncer et de donner ainsi un signal clair à tous les collaborateurs pour expliquer qu’il s’agit d’une démarche volontaire et personnelle. Aucune loi ne peut contraindre un collaborateur à prendre la parole sur ses réseaux sociaux personnels. Ni un dirigeant, ni un autre. La démarche doit donc être personnelle et volontaire.

La bonne nouvelle pour celles et ceux qui vont se lancer dans une prise de parole professionnelle sur les réseaux sociaux c’est qu’ils vont créer un cercle vertueux avec leurs contacts, collègues, amis et famille.

Pour les dirigeants, ce sera un moyen de donner l’exemple et de partager leurs visions et valeurs directement avec leurs équipes sans passer par les filtres de hiérarchie.

Pour tout le monde ce sera le moyen de développer son employabilité par la mise en avant de son savoir-faire ou tout simplement des contenus experts que l’entreprise leur fournit via la plateforme d’Employee Advocacy.

Pour les commerciaux, ce sera un moyen de vendre mieux, de détecter des projets.

Pour les RH, un moyen de fidéliser et de recruter par une démarche moderne de marque employeur.

Et pour l’entreprise c’est le moyen de créer de la cohésion d’équipe et du lien entre collègues qui parfois ne se connaissent pas alors qu’ils travaillent ensemble depuis des années.

Merci à Stéphane Koenig, DG fondateur de NXO Experts qui m’a particulièrement éclairé par ses déclarations en fin d’année 2018. Merci à Vincent Conte qui a lancé ce terme #PIEGEACOMEX et avec qui nous avons eu l’idée de cet article durant un atelier du #SocialSellingForum de Paris que je co-animais avec Gonzague Fermond. Merci à toutes et tous que je ne peux pas lister au risque d’avoir trop de noms dans cet article.

Nos ateliers en intelligence collective se réunissent une fois par mois pour travailler vos stratégies d’Employee Advocacy : Vous pouvez consulter les prochaines dates de nos ateliers Social Media ici.

Au plaisir de vous y retrouver.

L'employye Advocacy expliqué à mon COMEX
[contactSellsy id=1]